Une première appréciation de l’Académie française


Daniel-Lesueur publia en 1882 ses deux premiers recueils : un roman chez Calmann-Levy et un recueil de poésies chez Alphonse Lemerre. Les deux sont couronnés par l’Académie française : lors de la remise officielle du prix Montyon fin 1883, Camille Doucet, secrétaire perpétuel, avait indiqué les raisons du choix de l’Institution.

« Sous ces titres Le Mariage de Gabrielle et Fleurs d’avril, Mlle Jeanne Loiseau nous avait présenté deux volumes, l’un en vers, l’autre en prose, et tous deux ont fixé l’attention bienveillante de l’Académie. Les vers recommandent la prose ; la prose recommande les vers, et l’auteur de ce double travail se recommande aussi personnellement par un grand courage, une rare intelligence et un vrai talent à son aurore. À vingt ans, elle a déjà souffert ; aussi compare-t-elle tristement ses vers aux fleurs d’avril qui osent naître dans la pluie et les frissons :
 
Mes vers n’ont pas d’autre grâce.
Avril capricieux passe,
Il faut en cueillir les fleurs.

Mon printemps d’azur et d’ombre,
Dans ce livre, miroir sombre.
Met son sourire et ses pleurs
. »

Recueil des discours, rapports et pièces diverses lus dans les séances publiques et particulières de l’Académie française, vol. 1, sur les concours de l’année 1883, p. 902-903.

Les commentaires sont clos.